Relaxation

Relax-éveil

Confiance

Quels sont vos besoins?

 

 

 

 

 

Je mets à votre disposition mes compétences et mes outils, pour qu’ensemble, nous puissions trouver les ressources dont vous avez besoin pour vous retrouver rapidement  en accord avec vous-même.


Vous pouvez faire appel à moi

Quand :

 

Vous êtes dans une période de changements,

de peurs, stress, deuil, séparation ou déprime, longue maladie,

Submergé(e) par vos émotions,

Fatigué(e), anxieux(se),

 

Ou pour simplement apprendre à mieux gérer votre stress ou vos angoisses afin de mieux vous dépasser lors de certains passages difficiles de la vie.

 

 

Les techniques que j’utilise font partie des thérapies brèves et vous permettent d’obtenir des résultats durables en quelques séances selon vos besoins.

Pour l'accompagnement cancer et longues maladies, nous prendrons le temps qu'il vous faut.

 

 


Pour adultes,femmes enceintes, adolescents

et enfants à partir de 6 à 8 ans pour la sophrologie.

 

Tous âges pour les fleurs de Bach, y compris  femmes enceintes et bébés. 

 

 

 

Bien-être

Service facile et gratuit

Je crée mon site

 

Qui suis-je ?

 Morgane Guillet

 

Psychopratique-Coaching de vie

 Relation d'aide et accompagnement thérapeutique

 

Sophrologue

certifiée par l’I.F.S

Formation complémentaire en périnatalité

 

Conseillère agréée en Fleurs de Bach

Consultante-Formatrice 

 

Psychopraticienne

formation en Métamédecine (Niveau 4) Personne ressource

 

 

 

 contact: 06 83 07 62 74

Qu'est ce qu'un psychopraticien?

 

Le Praticien en Relation d’Aide, ou « Psychopraticien »…

 

« … de par son écoute attentive, bienveillante et neutre, sa formation, sa personnalité, sa présence, sa disponibilité, sa clarté personnelle et intérieure va permettre au patient de cheminer vers une meilleure connaissance de ses mécanismes psychologiques, en respectant ses blocages, ses temps de pause, son rythme, sa capacité à entendre… Il prend en compte la personne dans sa globalité : physique, psychologique et sociale.

 

Il se doit d’être extrêmement clair quant au processus thérapeutique qu’il propose à son patient ce qui implique qu’il puisse lui expliquer clairement pourquoi il va choisir tel ou tel outil. Si le patient n’adhère pas à ce choix il est souhaitable qu’il puisse lui en proposer d’autres ou le cas échéant l’adresser à un autre soignant.

 

La conscience de ses limites, l’absence d’autoritarisme et de prise de pouvoir sur l’autre, le respect total du patient en dehors de toute connotation idéologique, politique, religieuse ou raciale, la supervision par un pair de son activité lui permettront d’accomplir son travail en toute sérénité et d’être pleinement « une main tendue sur la route du patient pour l’aider à surmonter un ou plusieurs obstacles ».

 

Comme vous le voyez, cette relation n’est pas passive, elle implique les deux partenaires qui se retrouvent pour un temps indéterminé sur un même chemin. L’idée sous-jacente étant d’autonomiser le patient afin qu’il puisse lorsqu’il se sentira prêt, cheminer seul en toute sécurité intérieure.

 

La limite du champ d’action du praticien se situe tout d’abord dans son niveau de compétence et la qualité du travail personnel qu’il aura accompli sur lui, ainsi que dans le respect du désir de son patient. En effet, nul ne peut aider un tiers s’il ne le souhaite pas, nul ne peut outrepasser l’autorisation que le patient doit se donner de guérir, de lâcher son ou ses symptômes en renonçant à tous les bénéfices secondaires pour la plupart inconscients dont il bénéficie grâce à ses dysfonctionnements.

 

Enfin, même si le patient souhaite s’arrêter en cours de route, il faudra évaluer avec lui s’il en a acquis la capacité sans risquer de se noyer au milieu du fleuve qu’il a entrepris de traverser avec votre aide. »

 

Sandra Stettler
Thérapeute et Directrice Pédagogique de l’Institut Cassiopée-Formation (Paris)